Le moine Kosen Thibaut, maitre Zen

Le moine kosen Thibaut, maitre Zen

Stéphane Kosen Thibaut, né à Paris (France) en 1950 est le fils de Gilles Thibaut, trompettiste de jazz de talent et parolier à succès, et de Josiane Philippe (Josy Thibaut), psychologue et professeure à l’École des Hautes Études, puis pionnière du Mouvement de Libération des Femmes (c’est finalement sur un coussin de méditation zen qu’elle continua son chemin de libération en devenant Maîtresse dans l’art de la méditation).

Mouvement et immobilité

Après des études primaires à l’école Decroly, Stéphane Thibaut n’était pas très inspiré par les cursus que lui proposait la société de l’époque. Porté par son milieu familial, il opta pour la musique et pour le théâtre et eut la chance d’entrer à l'École internationale de théâtre et de mime, école du théâtre par le mouvement, de Jacques Lecoq où il étudia pendant deux ans.

C’est après quelques tribulations et autres révélations spirituelles qu’il décida de s’enquérir d’un maître spirituel qu’il rencontra à Paris en septembre 1969. Il intégra alors l’école de l’immobilité : zazen, la pratique du Zen, avec Maître Taisen Deshimaru. Il devint son disciple et reçut l'ordination de bodhisattva, puis celle de moine Zen en 1971 sous le nom de ‘‘Kosen’’.

Shiho

Dorénavant, il vouera sa vie à la pratique et suivra partout son maître, jusqu'à la mort de ce dernier en 1982.

En 1984, Maître Niwa Zenji, la plus haute autorité du Zen Soto au Japon, authentifiant ainsi la mission de Maître Deshimaru en Europe, lui remet - ainsi qu’à deux autres disciples proches du maître - le shiho, certification de la transmission du Dharma, qui fait de lui le 83ème successeur du Bouddha Shakyamuni dans la tradition Soto.

Enseignement

Il devient alors l’un des principaux responsables de l’enseignement du Zen transmis par Maître Deshimaru en Europe et en Amérique.

S’éloignant de Paris, il dirige de 1990 à 1993 le Dojo Zen de Rennes, puis crée l’European Zen Center d’Amsterdam (Pays-Bas) de 1994 à 1999. Depuis 1999, il pratique et donne l’enseignement au Dojo Zen de Montpellier.

Maître Kosen anime environ une sesshin par mois (sessions intensives de pratique du Zen) et donne de nombreuses conférences. Pendant de nombreuses années, il a animé deux camps d’été par an, un dans chaque hémisphère : en août en Europe, en janvier en Amérique latine.

C’est à partir de 1993, lors de son premier camp d’été en Suisse, à Obertschappina (Graubünden) que commence à se former la sangha qui le suit depuis lors : la Kosen Sangha. Il crée alors une association permettant au groupe de fonctionner : l’AVZD (Association du Vrai Zen de Deshimaru), devenue plus tard ABZD (Association Boudhiste Zen Deshimaru).

En 1999, il fonde son premier temple : Shobogenji, à Capilla del Monte, dans la province de Cordoba, en Argentine.

En 2008, il fonde le Temple Yujo Nyusanji, Temple Zen du Caroux, à Douch sur la commune de Rosis, dans l’Hérault (France).

Transmission

En septembre 1993, il donne lui-même le shiho au nom de Maître Deshimaru à quelques disciples de son maître qui attiraient son admiration : Barbara Kosen Richaudeau, André Ryujo Meissner et Edouard Shinryu Bagracbski.

En 2002, il donne cette même transmission au nom de son co-disciple Maître Etienne Mokusho Zeisler, décédé très jeune, à Yvon Myoken Bec pour son travail remarquable dans les pays de l’Est et plus spécialement en Hongrie.

En 2009, dans son temple du Caroux, il a donné la transmission à ses disciples Christophe Ryurin Desmur et Pierre Soko Leroux, puis en 2013 à Loïc Kosho Vuillemin et en 2015 à Ingrid Gyuji Igelnick et Françoise Jomon Julien (France), Paula Reikiku Femenias (Suède) et Ariadna Dosei Labbate (Argentine).

En 2016, dans son temple de Capilla del Monte (Argentine), il a transmis le shiho à Toshiro Taigen Yamauchi.

Bibliographie